Gouvernance de la BOAD Faits marquants de l’ère ADOVELANDE

Gouvernance de la BOAD Faits marquants de l’ère ADOVELANDE

Depuis janvier 2011, les commandes de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) sont tenues par Christian ADOVELANDE. A quelques mois de son mandat, tour d’horizon des faits ayant marque la gouvernance de l’homme.

Joël YANCLO

Nommé président de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA, à l’issue de leur 15ème session ordinaire en date du 22 janvier 2011, tenue à Bamako, Christian ADOVELANDE a pris fonction à la tête de l’institution le 10 février 2011. Le 31 mars à Lomé, Christian ADOVELANDE a présidé la 80ème session ordinaire du Conseil d’administration de la BOAD. Cette réunion a approuvé le financement de dix nouveaux projets, parmi lesquels la construction de l’aéroport international Blaise-Diagne, à Diass, au Sénégal (prêt de 17 milliards de F CFA), et l’extension de la Société nigérienne de cimenterie (prêt de 12,5 milliards de F CFA). Au total, le montant des nouveaux engagements de la BOAD s’élève à 79,2 milliards de F CFA (120,7 millions d’euros), hors prêts à court terme. Sur l’ensemble de 2010, les engagements nets de la banque ont dépassé 260 milliards de F CFA. Cette première année de gouvernance de Christian ADOVELANDE a été marquée par l’accréditation de la BOAD comme entité régionale d’implémentation au Fonds d’adaptation au changement climatique. En effet, le 27 juin 2011, le Conseil d’administration du Fonds d’adaptation au changement climatique a décidé, lors de sa 14ème réunion tenue à Bonn (Allemagne), d’accréditer la BOAD en qualité d’entité régionale d’implémentation. Cette accréditation a été effective après les ‘’due diligences’’ du Panel d’accréditation, qui ont permis d’attester l’expertise de la BOAD, notamment en matière de ressources humaines compétentes et expérimentées, en matière d’évaluation, de fiabilité des procédures de mise à disposition de fonds, et de monitoring de projets. Ensuite, la Caisse régionale de refinancement hypothécaire (CRRH-UEMOA), promue par la BOAD, a obtenu son agrément le 20 novembre 2011, en qualité d’établissement financier. Trente-huit banques de l’Union participent actuellement au capital de cette société. Pour sa part, la société BOAD titrisation a obtenu son agrément comme société de gestion de fonds de titrisation le 28 décembre 2011. Il est à noter que la BOAD nourrit depuis de longue date la volonté de contribuer au financement d’infrastructures sociocommunautaires au travers des collectivités locales. Raison pour laquelle, le 14 décembre 2011, elle a réalisé une première opération de cette nature en octroyant un concours de 9,7 milliards FCFA à la ville de Dakar. Le projet financé vise une amélioration de la mobilité urbaine ainsi que du cadre de vie d’une partie de la population de la ville de Dakar.

Lancement du Fonds Carbone pour l’Afrique (FCA)

Dans le cadre de son « Initiative Carbone », la BOAD s’est associée avec CDC Climat (du groupe Caisse des Dépôts) et PROPARCO (groupe Agence française de développement) pour créer le Fonds Carbone pour l’Afrique, dont le lancement officiel est intervenu le 18 avril 2012 à Addis-Abeba, en marge de l’Africa Carbon Forum. Quelques jours plus tôt, Christian ADOVELANDE, président de la BOAD s’est vu coopter comme administrateur au Fonds vert pour le climat, le 30 mars. L’acceptation de cette cooptation contribuera au développement de la finance climat au sein de la BOAD et de l’UEMOA. Le 11 mai 2012, la BOAD, l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et l’African cashew alliance (ACA), ont signé un protocole d’accord pour le financement des activités des transformateurs et exportateurs de noix de cajou. L’objectif visé par la Banque est d’accompagner le développement du secteur agricole d’exportation, notamment celui de noix de cajou, par le financement d’opérations de court terme. Créée le 16 juillet 2010, la Caisse régionale de refinancement hypothécaire de l’Union économique et monétaire ouest africaine (CRRH-UE-MOA) a officiellement lancé ses activités le 26 septembre 2012 à Cotonou (Bénin). La cérémonie s’est déroulée en présence du Président de la BOAD, président du Conseil d’administration de la CRRH-UEMOA, de plusieurs chefs d’institutions actionnaires, ainsi que d’un parterre de personnalités représentant des institutions financières sous-régionales. Pour mémoire, la CRRH-UEMOA avait procédé, du 16 juillet au 6 août 2012, à sa première levée de ressources, par l’émission d’un emprunt obligataire d’un montant de 12,5 milliards FCFA.

Quarantenaire de la BOAD

Le 22 mars 2013 consacre l’entrée du Maroc au capital de la BOAD. Le Conseil des ministres de l’UMOA a approuvé, l’entrée du Royaume du Maroc au capital de la BOAD pour un million de dollars US.  Cette entrée marque l’arrivée du premier pays africain non régional dans l’actionnariat de la Banque. Au cours de cette même année, soit du 13 au 14 novembre, la BOAD a commémoré, le 40ème anniversaire de sa création. Un forum a été organisé dans ce cadre, sous le thème : « les banques sous-régionales de développement : nouveaux enjeux ». L’évènement a été rehaussé par la présence des Chefs d’État du Bénin, du Mali, du Niger et du Togo.  Il a par ailleurs connu la participation d’éminentes personnalités de l’Union et d’experts internationaux. La tenue de ce forum a été précédée, au titre des activités commémoratives du quarantenaire, par l’organisation de conférences itinérantes dans les différentes capitales de l’Union. L’année 2013 se termine par l’augmentation de capital de la BOAD. En effet, le Conseil d’administration a approuvé, le 17 décembre, une proposition d’augmentation de capital de la BOAD. Suite à cette nouvelle augmentation, le capital de l’institution passe de 1050 milliards FCFA à 1155 milliards FCFA.

Adoption du Plan Stratégique 2015-2019 de la BOAD

Le 24 septembre 2014, le Conseil des Ministres de l’UEMOA a approuvé le projet de Plan Stratégique 2015-2019 de la BOAD qui fait suite au Plan 2009-2013, dont la mise en œuvre s’est déroulée dans un environnement marqué notamment, au niveau de l’UEMOA, par la persistance de crises alimentaires, énergétiques ou socio-politiques dans certains États. Les États membres ont néanmoins fait preuve de résilience, accompagnés, entre autres, par leur banque commune de développement. Le précédent Plan 2009-2013 a, en particulier, conduit à un accroissement important des niveaux de financement, avec un taux annuel moyen de croissance des activités de la Banque de 39,5%. Toutefois, cette évolution n’a pas été en phase avec celle des ressources mobilisées, en particulier dans le domaine concessionnel. Du reste, il apparait que le modèle de financement de la Banque, au titre de ses concours concessionnels, a atteint ses limites et doit évoluer. Le nouveau Plan stratégique devrait s’exécuter dans un environnement prometteur en termes de croissance pour les économies de l’Union, avec la volonté des États de devenir des pays émergents au cours des prochaines décennies. Dans ce cadre, d’ambitieux programmes d’investissement sont mis en place, tant au plan national que régional. La BOAD, bras financier de l’Union, se fait écho des ambitions de ses États membres. Aussi, sa vision est-elle formulée comme suit : « BOAD : une banque de développement forte, pour l’intégration et la transformation économiques en Afrique de l’Ouest ». Toujours en 2014, soit le 28 juin, est intervenu les renouvellements des mandats du président Christian ADOVELANDE et du vice-président Bassary TOURE à Dakar, par le Conseil des Ministres de l’UMOA. Le mandat du Président de la BOAD, Christian ADOVELANDE, a été renouvelé pour une durée de 6 ans. Pour sa part, le Vice-Président, Bassary TOURE, a été reconduit dans ses fonctions pour 5 ans, par le Conseil d’Administration de la Banque réuni le 24 juin 2014 dans la capitale sénégalaise. Ce dernier a été remplacé le 02 mars 2020 par Moustapha BEN BARKA,

Les notes « Baa1 » et « BBB » de Moody’s et Fitch

En   2015, l’activité   de   la   BOAD s’est déroulée dans un contexte sous-régional   où   la   croissance économique   s’est   établie, pour   une deuxième année consécutive, au-dessus de 6%, malgré un environnement extérieur   moins   favorable   et   une situation sécuritaire difficile dans certains Etats membres. La Banque a renforcé sa gouvernance au fil des années. La transparence des opérations et des comptes, la mise en place d’un système de contrôle rigoureux, l’indépendance du système de contrôle externe, la performance du système informatique et la lutte contre la fraude et la corruption constituent le socle des récentes avancées de notre institution. C’est d’ailleurs entre autres, la combinaison de ces principes et la bonne situation financière de la BOAD qui lui ont permis d’obtenir auprès des agences de notation internationale Moody’s et Fitch dès 2015, les notes « Baa1 » et « BBB » correspondant respectivement à la 4ème et 3ème meilleures notes accordées par ces agences à des entités africaines notées par elles. Les deux agences ont confirmé ces notes de la catégorie « Investment Grade » en 2016 et 2017 à travers des missions annuelles de revue de la notation. Grâce à ces notes, la Banque a réalisé avec succès deux opérations de levée de fonds sur le marché financier international pour un montant total de 1 600 millions USD, soit un peu plus de 900 Milliards de FCFA.

Financement des grands projets d’infrastructures

L’empreinte de la BOAD au sein de l’Union est réelle tant elle est impliquée dans le financement de la plupart des grands projets de développement promus par ses Etats membres au profit du bien-être des populations, dans les investissements productifs du secteur privé de l’Union, et dans la promotion d’initiatives et produits innovants qui s’inscrivent toujours dans le cadre de la lutte contre la pauvreté. A titre d’exemples, la BOAD a contribué au financement des grands projets d’infrastructures comme l’échangeur sur le boulevard Giscard d’Estaing et le 3ème pont à Abidjan, le nouvel aéroport Blaise Diagne de Dakar et l’autoroute Dakar-Diamniadio au Sénégal, la voie de contournement de la ville de Lomé (Togo), le vaste programme d’assainissement et de pavage de plusieurs villes au Bénin, la réhabilitation des voiries urbaines à Bissau. On peut également mentionner des projets d’envergure comme la compagnie aérienne Asky. Sous la gouvernance de Christian ADOVELANDE, la BOAD a financé également plusieurs banques commerciales à travers la mise à disposition de lignes de refinancement et le financement du capital. Ces dernières années, elle a développé ses concours sous forme de lignes de crédit en faveur des fonds nationaux de finance inclusive et les institutions privées de microfinance comme ASUSU au Niger et KAFO JIGUENE au Mali.

La BOAD accompagne le secteur privé dans la zone en finançant des projets dans divers domaines d’activité

Le secteur privé constitue un levier majeur dans les économies des Etats membres de l’UEMOA. Il participe à plus de 75% à la formation du Produit intérieur brut (PIB) et est composé pour l’essentiel de Petites et Moyennes Entreprises (PME) et de Très Petites Entreprises (TPE), qui restent confrontées à diverses contraintes dont les difficultés d’accès aux financements.  Sur ce point, la BOAD accompagne le secteur privé dans la zone en finançant des projets dans divers domaines d’activité allant de l’industrie au tourisme et à l’hôtellerie en passant par la santé et le secteur de la production de ciment. Elle intervient sous forme de prêts à court, moyen et long terme qui s’adressent à toute société ressortissante de l’UEMOA ou étrangère désirant investir dans les 8 pays. Au 31 décembre 2017, la Banque se situe à 1 083 milliards de financements pour le secteur privé répartis entre Institutions Financières Nationales (IFN) et promotion des PME pour un montant de 268 milliards, activités productives pour 691 milliards et des prises de participations de 124 milliards. Ainsi, dans son rôle d’accompagnement, la BOAD a su faire de certaines entreprises des réussites nationales et sous régionales. C’est le cas par exemple des compagnies aériennes Asky et Air Côte d’Ivoire, du Groupe hôtelier Azalai avec l’implantation de réceptifs au Burkina Faso, en Guinée-Bissau, au Mali, et tout récemment en Côte d’Ivoire et dans le secteur de l’énergie électrique, le financement des centrales « Kounoune Power » et « Tobène Power » au Sénégal, « Azito Energie » et « CIPREL » en Côte d’Ivoire.  Dans la promotion des énergies renouvelables, elle a récemment participé au financement du premier projet de centrale hydroélectrique promu par des opérateurs privés dans l’UEMOA. C’est le cas de la Société Ivoire Hydro Energy (IHE) en Côte d’Ivoire.

Célébration des 45 ans de la BOAD

En 2018, la     Banque     Ouest   Africaine     de Développement (BOAD) a commémoré son 45èmeanniversaire. A cette occasion, elle a organisé, à Lomé les14 et 15 novembre, un forum sur le thème : « l’énergie solaire dans l’économie des pays de l’UEMOA : état des lieux, enjeux et politiques ». La manifestation a été très instructive ; les enseignements et recommandations qui en ont résulté seront mis à profit à travers les politiques et actions que les Etats membres de la Banque, appuyés par leurs institutions et organes communautaires, auront à cœur de promouvoir avec l’appui des partenaires. Les activités de la Banque se sont déroulées dans un environnement économique et social favorable. Au sein de l’UEMOA, en effet, le dynamisme économique amorcé depuis 2012 s’est poursuivi au cours de l’exercice, avec un taux de croissance de 6,6%. Celui-ci a été porté, tant par le secteur tertiaire (activités bancaires, commerce), que par la mise en œuvre des programmes nationaux ou régionaux de développement, en particulier les programmes d’investissements agricoles et ceux de modernisation des infrastructures à caractère structurant.

830 millions de dollars us mobilisés sur le marché financier international

La Banque ouest africaine de développement (BOAD) a bouclé son 3ème Eurobond le 16 octobre 2019 sous le magistère de son président Christian ADOVELANDE avec un montant mobilisé de 830 millions de dollars US à 4.7% pour une maturité de 12 ans. Le montant levé a fait l’objet d’une opération de couverture en euro.  La communauté financière Internationale vient ainsi de confirmer la confiance qu’elle accorde à la BOAD. C’est un satisfecit pour l’Institution dont la note « Investment Grade » a été confirmée année après année depuis 5 ans par les agences internationales de notation. Réuni à Cotonou, le 20 juin 2019, le Conseil d’administration de la BOAD, pour sa 113ème session ordinaire a approuvé 11 nouvelles opérations dont sept prêts à moyen et long terme pour un montant total de 115 milliards FCFA, deux lignes de refinancement pour un montant de 15 milliards FCFA, un prêt à court terme d’un montant de 5 milliards FCFA et une prise de participation d’un montant de 1,2 milliard FCFA. Ces opérations portent à 5 684,3 milliards FCFA, le cumul des engagements (toutes opérations confondues) de la BOAD depuis le début de ses activités.

Parcours de l’homme

Christian ADOVELANDE, né le 29 octobre 1950 à Porto-Novo (Bénin), est depuis février 2011, le Président de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD). Titulaire d’une maîtrise en sciences économiques et d’un DES en finance et banque (DESFB), il intègre en avril 1978 la BOAD où il a servi pendant 24 ans, à différents niveaux de responsabilité dans la hiérarchie de la Banque. De 1995 à 1999, il occupe les postes de Secrétaire Général Délégué du Fonds de Garantie des Investissements Privés en Afrique de l’Ouest « GARI S.A. », puis de 2000 à 2002, de Président Directeur Général de CAURIS MANAGEMENT S.A., et de Directeur Général de CAURIS INVESTISSEMENT S.A., société de capital-risque. En 2002, Monsieur Christian ADOVELANDE est nommé Président de la Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO (BIDC), nouvelle institution financière régionale de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), issue de la réforme institutionnelle et structurelle de l’ex-Fonds de la CEDEAO. Il a su insuffler une dynamique à cette institution naissante qui s’impose aujourd’hui dans la sous-région comme une institution financière de référence. Christian Adovelandé, Président de la BOAD a poursuivi, à la suite de ses prédécesseurs, la mise en œuvre de réformes ambitieuses qui a contribué à positionner la BOAD comme un acteur incontournable du développement économique de sa zone d’intervention. Il a conduit la mise en place d’un modèle de gouvernance fondé sur la transparence, le contrôle rigoureux des opérations et une politique volontaire de lutte contre la corruption et la fraude qui ont fait de l’Institution, une des institutions financières les mieux notées du continent. De par ses différentes responsabilités professionnelles, il a collaboré avec diverses institutions internationales comme le Groupe de l’Agence française de développement, la KfW, le Groupe de la Banque mondiale, la Banque européenne d’investissement, la Commission européenne, etc…

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *